front de gauche

Réunion du collectif le 20 mars 2012 - Intervention de Catherine Laparre et Jean-Claude Sichel, représentant le Front de Gauche.

 

 

 Intervention de Catherine Laparre

      Le Front de gauche a rendu publique sa réponse aux collectifs, qui interpellaient les candidats aux futures élections,quant à leur position sur l’exploration et l’exploitation des gaz et huile de schiste.

  Il a donc rappelé ses propositions et ses positions qui sont portées par jean- Luc Mélenchon.

  Sans surprise, celles –ci sont en parfaite adéquation avec les attentes du collectif ; il ne pouvait en être autrement, puisque le Front de Gauche soutient et est partie prenante de l’action des collectifs depuis leur constitution.

  Mais, je voudrais aller plus loin, pour dire que, pour nous, cette opposition à l’exploration et à l’exploitation des gaz et huile de schiste est une question de cohérence politique ; Elle s’inscrit, plus globalement, dans notre remise en cause du productivisme et de la croissance durable : ce système qui vise à toujours plus de production, pour toujours plus de consommation, sans se préoccuper des conditions sociales de la production, ni de son impact environnemental.

  C’est l’objectif de la colonne vertébrale de notre programme « la planification écologique », planification qui, au nom de l’intérêt général et du bien commun, ne sépare pas l’aspect écologique de l’aspect social et de la politique internationale : Aspect social, parce que, pour nous, lutter contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huile de schiste, participe de notre projet de construction d’un autre choix de société, dans une vision alternative, d’un développement au service d’une société de liens et non pas d’une société de biens ; ce n’est pas pour rien que notre programme s’appelle » l’humain d’abord ! » ; Il s’agit donc d’organiser la diminution, l’arrêt et la reconversion des secteurs socialement inutiles et polluants, et à fortiori, de ne surtout pas en créer de nouveaux !

  Aspect démocratique, qui conduit à associer les citoyens à cette construction sociale. C’est pourquoi, nous adhérons à la démarche de soumettre ce scénario de transition énergétique à l’opinion publique, dans un vaste débat, que nous nous proposons de conclure par un référendum. Débat national où seront abordées les 3 questions centrales de la sobriété énergétique, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables ; 3 questions qui sont , du reste, les 3 piliers du scénario Negawatt, scénario qui présente une majorité de propositions auxquelles nous adhérons. Nous pensons qu’il est illusoire de considérer comme suffisant le développement des énergies renouvelables, sans œuvrer parallèlement à la réduction du gaspillage énergétique.

 Ensuite pour ce qui est des aspects européen et international, cette lutte est indissociable de la remise en cause de la politique européenne et des traités qui la définissent, traités qui vont à l’encontre de ce que nous préconisons. C’est pourquoi, nous sommes favorables à la mise en place d’un pôle publique européen de l’énergie qui impulserait des mesures en faveur de la transition énergétique, de la sobriété, interdirait toute forme de stimulation de roche et réintroduirait la maîtrise publique de l’énergie.

Notre credo « ni ici, ni ailleurs ! »

Intervention de jean-Claude Sichel

nous nous engagerons comme partie prenante de l'action du collectif
- participation aux manif
- mobilisation de nos militants
- ouverture de nos assemblées

Retour à l'accueil