Le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell a décidé de retirer ses fonds des banques européennes. La raison de cette décision : des risques associés à la crise de la dette en zone euro.

"Nous n'avons plus la même volonté de prendre des risques de crédit en Europe", a expliqué le directeur financier Simon Henry au journal The Times paru lundi.
Shell préfère ainsi déposer ses 15 milliards de dollars de liquidités sur des comptes américains ou les transformer en bons du Trésor américains, poursuit le responsable, selon des propos rapportés par le quotidien britannique.

Cette décision n'est pas sans rappeler celle de Siemens. En septembre dernier, en pleine crise de la zone euro, l'industriel allemand avait retiré un demi-milliard d'euros en liquidités déposés à la Société générale pour le transférer auprès de la Banque Centrale Européenne.


 Shell doit payer 1 milliard de dollars

 

 

  Depuis des années, la pollution pétrolière n'est pas nettoyée et les habitants du delta du Niger demandent réparation. Shell doit s'engager à effectuer un paiement initial d’1 milliard de dollars afin de commencer le nettoyage de la pollution causée par les déversements de pétrole.lien

 

Mer du Nord: la plus importante fuite de pétrole depuis 2001

Cette fuite intervient alors que Shell est sur la sellette après la publication début août d'une étude sans précédent de l'ONU qui le met en cause, ainsi que le gouvernement nigérian, dans la pollution pétrolière de très grande ampleur touchant le Sud du Nigeria. Cette pollution pourrait nécessiter, selon l'ONU, l'opération de nettoyage la plus vaste jamais réalisée au monde.

 

 

La question se pose maintenant, auront ils suffisamment d'argent pour régler la pollution au Niger ?



Selon un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) rendu public le 4 août, la pollution du delta du Niger atteint des niveaux dramatiques après cinquante ans d'exploitation pétrolière. Le 5 août, le groupe Shell, qui exploite les gisements du delta, a annoncé la vente d'une partie de ses puits. Ces deux événements ont provoqué la colère du quotidien local Vanguard.

 

Qu'en sera t-il en Guyane; les Guyannais seront ils traités de la même façon que les Nigérians ?

Retour à l'accueil