Gaz de schiste: les Français plutôt ouverts à des forages expérimentaux

Un sondage réalisé en 2 jours auprès de 1.508 personnes???.

Source AFP - Une majorité (58%) des Français affirmant savoir ce qu'est le gaz de schiste se disent favorables à des forages visant --uniquement-- à évaluer les ressources présentes dans le sous-sol en France, selon un sondage de l'Ifop réalisé pour une société pétrolière.photo_afp27032013.jpg

Le sondage a choisi de ne retenir que les 53% des personnes interrogées disant avoir entendu parler des gaz de schiste "et savoir de quoi il s'agit".

Interrogés sur leur position sur une éventuelle autorisation de forages "mais uniquement dans un but de recherche scientifique pour évaluer les ressources en gaz de schiste présente en France", 25% de ces personnes se disent "tout à fait favorable" et 33% "plutôt favorable", selon l'étude d'opinion.

Ils sont 21% à se dire "plutôt opposés" et également 21% "tout à fait opposés". La question ne mentionne pas explicitement la technique controversée de la fracturation hydraulique.

Le sondage suggère une opinion plus favorable aux gaz de schiste: lors de la précédente enquête, en août 2012, 48% des personnes étaient favorables à des forages pour évaluer les ressources, contre 52% opposés.

Dans l'hypothèse d'une "technologie alternative qui ne nécessite ni eau ni produits chimiques pour extraire le gaz de schiste" (à la différence de la fracturation hydraulique utilisée dans la quasi-totalité des cas actuellement), les Français se montrent largement favorables, selon le sondage.

Ils sont 80% (40% tout à fait favorables, 40% plutôt favorables) à être favorables "à ce que cette technologie soit testée à titre expérimental en France", contre 13% plutôt opposés et 7% tout à fait opposés.

Le débat animé autour des gaz de schiste et de la fracturation hydraulique a au moins porté des fruits pour l'information des Français: 53% des personnes interrogés disent en avoir entendu parler et savoir de quoi il s'agit (contre 44% en août).

Ils ont 39% à en avoir entendu parler sans savoir vraiment de quoi il s'agit (40% en août), et 8% à ne pas en avoir entendu parler (contre 16% en août).

Le sondage, réalisé du 28 février au 1er mars auprès de 1.508 personnes, a été commandité par ecorpStim, une entreprise qui propose une technologie injectant du propane et non de l'eau pour extraire le gaz de schiste.

Retour à l'accueil