"Promised Land", film de Gus Van Sant avec Matt Damon, s’invite dans le débat français sur la transition énergétique. Le film, qui raconte le conflit entre une compagnie pétrolière et des fermiers de Pennsylvanie qui refusent l'exploitation du gaz de schiste sur leurs terres, sort en France le 17 avril mais 130 avant-premières suivies de débats sont organisées dès lundi 18 mars

Le distributeur français du film, Mars, a invité vendredi "tous ceux qui oeuvrent sur le terrain pour alerter les populations sur la thématique de la transition énergétique à se joindre à ces séances spéciales" prévues un peu partout, et notamment dans les régions mobilisées contre les gaz de schiste.
 
Dans "Promised Land" (Terre promise), réalisé par Gus Van Sant et co-écrit et produit par  Matt Damon, ce dernier est commercial pour une compagnie pétrolière. Il est chargé de convaincre des fermiers de Pennsylvanie de lui accorder les droits de forage sur leurs terres pour y exploiter du gaz. Bien que la région soit sinistrée par la crise, il doit rapidement faire face à la mobilisation des habitants opposés à la technique de forage par fracturation hydraulique.
 Un film sur l'"identité américaine"
A l'origine du projet, "une idée venue il y a environ deux ans dans une petite ville plongée dans la crise économique", a indiqué Matt Damon, qui a écrit le scénario avec John Krasinski (également acteur dans le film).
 
"Il s'agissait en fait de faire un film sur l'identité américaine. Le sujet  lui-même (l'exploitation des gaz de schiste) est secondaire. Il s'agissait de montrer comment nous prenons de grandes décisions. Pensons-nous à la communauté, à l'avenir ?", a expliqué Matt Damon pendant la Berlinale, en février, où le film a obtenu une mention spéciale.

"Le débat sur le gaz de schiste, les gaz naturels, arrivait à point nommé car c'est une question qui fait rage dans le monde entier. C'était une excellente entrée en matière pour nous pencher sur une petite ville confrontée  à la question et qui doit opérer un choix", a-t-il ajouté.
 
"Promised Land" a fait peu d'entrées aux Etats-Unis
"John Krasinski et moi avons fait beaucoup de recherches sur la  fracturation (hydraulique) et les gens qui sont chargés de passer des contrats  avec les habitants à la campagne (pour les droits de forage). On a rencontré  beaucoup d'entre eux et appris comment ils les abordent, ce qu'ils leur disent,  l'un avouant porter une casquette avec une marque de tracteur connue, l'autre rouler en pick-up pour faire couleur locale. On n'a rien inventé", a-t-il  poursuivi.
 
Le film a reçu un accueil très mitigé de la critique aux Etats-Unis où il a fait "peu d'entrées", a regretté Matt Damon.
 
130 avant-premières prévues en France

Aura-t-il plus d’écho en France où le gaz de schiste suscite des débats depuis deux ans et où la fracturation hydraulique a été interdite en 2011 en raison des risques qu'elle présente pour l'environnement ?
 
Quelque 130 avant-premières sont prévues à travers la France à partir de la  semaine prochaine.
 
Pour la ministre de l'Ecologie Delphine Batho, "c'est un film éloquent sur l'envers du décor de l'essor des gaz de schiste aux Etats-Unis et notamment sur les méthodes des compagnies pétrolières".
 
En 2011, le documentaire choc "Gasland" avait, de la même façon, été largement diffusé en avant-première avant sa sortie sur les écrans français, contribuant à une mobilisation de grande ampleur contre ces hydrocarbures.

 

La bande-annonce de "Promised Land" de Gus Van Sant, avec Matt Damon

Publié le 17/03/2013 à 12H13 sur Francetv.fr

 



Retour à l'accueil