L'opposition des médecins au gaz de schiste prend de l'ampleur Lien

Les corps médicaux de différents hôpitaux au Nouveau-Brunswick demandent au gouvernement provincial d'imposer un moratoire sur la prospection et l'exploitation du gaz de schiste.

Les médecins de l'hôpital de Sackville ont lancé cet appel il y a quelques mois, puis ceux de l'hôpital de Moncton et ceux de l'hôpital Dr-Georges-L.-Dumont, il y a deux semaines.

Les médecins anglophones et francophones de la province ne s'entendent pas toujours, mais en matière de gaz de schiste, ils semblent parfaitement d'accord.

« Il va y avoir des temps où des gens vont tomber malades parce que vous inhalez ce poison, parce que vous ingérez ce poison. Ces patients qui seront malades, vous devrez les traiter. Les traitements, je crois, vont coûter excessivement cher. » — Dr Léo Picard, rhumatologue
Le Dr Léo PicardLe Dr Léo Picard

Le Dr Picard redoute l'apparition de cancers, de maladies digestives, de mutations de gènes à la suite de l'exposition aux produits chimiques employés par l'industrie du gaz de schiste.

La question du gaz de schiste sera débattue en fin de semaine à l'assemblée générale annuelle de la Société médicale du Nouveau-Brunswick.

Retour à l'accueil