Chonoix n°4- Blandy 8 juillet 2011 1   

  Chonoix n°4- Blandy 8 juillet 2011 12    Chonoix n°4- Blandy 8 juillet 2011 7

Alerte photos  juillet 2011

ARCHIVE :

Rassemblement contre le forage de Vermilion à Blandy-lès-Tours

 26.03.2011
Levée de boucliers contre un forage pétrolier à Blandy-les-Tours ce matin. A 10h15, un rassemblement est prévu sur le champ de foire de ce village de 756 âmes. Les riverains veulent montrer leur extrême vigilance à la compagnie pétrolière canadienne Vermilion qui exploite les puits d'une concession située au lieu-dit Chaunoy. Une initiative de Jean-Philippe Itier, élu de Blandy, avec l'association Mieux vivre à Blandy et le collectif Stop pétrole de schistes 77. « Nous sommes plusieurs à avoir vu cette semaine passer des camions en pleine nuit, de véritables usines roulantes, ainsi que des citernes, précise Jean-Philippe Itier. J'ai lancé cette manifestation en tant que citoyen. Nous ne laisserons pas faire n'importe quoi. » Le maire et d'autres élus de Blandy seront présents. Le conseil municipal se réunira le 8 avril pour débattre du sujet. La compagnie canadienne dédramatise Plusieurs questions se posent. S'agit-il de forages conventionnels ou de forages préparatoires à des fracturations hydrauliques, interdites avant le rendu d'un rapport définitif en juin selon le gouvernement? « Vermilion nous dit qu'ils remettent en route un puits en sommeil pour un forage conventionnel. Mais en recoupant plusieurs informations, j'ai l'intime conviction que ce sont des travaux préparatoires au procédé de fracturations hydrauliques, où l'on injecte de l'eau et des adjuvants chimiques au fond du puits », commente le maire, Eric Cadiou (sans étiquette). « Nous contestons l'utilisation de l'eau en grande quantité. Ils utilisent en un jour ce que le village consomme en un an. En outre, on n'a pas toutes les garanties que l'eau chargée de produits toxiques et remontée en surface n'aille pas polluer la nappe de Champigny et le ru d'Ancœur. Enfin, nous craignons une circulation importante engendrée par les camions nombreux qui vont traverser les villages. » Chez Vermilion, qui produit 9500 barils par an en France, on dédramatise. « Avec tout ce qui se passe aujourd'hui, il y a beaucoup d'amalgames. Mais nous ne faisons aucune activité non conventionnelle, celle qui est concernée par le rapport du gouvernement. Il s'agit de forages conventionnels, tout est déclaré à la Drire (NDLR : Direction régionale de l'Industrie, la recherche et l'environnement). Nous avons les autorisations. »

Le Parisien

Cet article a été publié dans la rubrique Avon
  

 

Retour à l'accueil