MERCI DE FAIRE CIRCULER – URGENT ET IMPORTANT

 

From: COMITE DE VIGILANCE 24 GAZ DE SCHISTE

Sent: Saturday, June 11, 2011 10:26 PM

To: nonaugazdeschiste-sarlat@googlegroups.com

Subject: APPEL A RESISTANCE POUR LE REJET DES DEMANDES DE PERMIS EN ATTENTE

 

 

 

 

GAZ DE SCHISTE ? NON CE N’EST PAS FINI EN FRANCE !

 


>

APPEL A MANIFESTER notre RESISTANCE A SARLAT

LE SAMEDI 18 JUIN 2011 à 11h

Rassemblement des Résistants devant la sous-préfecture

Venez nombreux exiger du gouvernement le rejet des 2 demandes de permis en attente de décision sur la Dordogne et le Lot

 


>

Le Gouvernement a répété qu’il ne pouvait pas abroger les permis signés « à la légère » sans risquer d’importantes compensations financières ! Alors dans ce cas, LE GOUVERNEMENT NE PEUT QUE REJETER LES DEUX DEMANDES EN ATTENTE DE DECISION CONCERNANT LA DORDOGNE et le LOT.

La vérité sur le projet de loi à la sortie du Sénat ?

 

 

  •  

    Fracturation hydraulique autorisée au titre de la recherche scientifique

      
  •  

    Toute autre technique de fracturation est autorisée pour l’exploration et l’exploitation


    >

  •  

     

    Les permis ne sont pas abrogés directement par la loi, seulement sous certaines conditions. Les pétroliers ont déjà les parades pour conserver leurs titres miniers.

     

 

  

Si véritablement cette loi a pour objectif d'interdire l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes en France, alors LE GOUVERNEMENT DOIT REJETER les deux demandes de permis concernant la Dordogne et le Lot, dites « de Cahors » et de « Beaumont-de-Lomagne

»

 

 

Parcours prévu : Sous-prefecture - Boulevard Nessman - Traverse - place du 14 juillet - retour vers la place de la Liberté

 

 

Quelques explications détaillées ci-dessous :

Vous avez peut-être lu dans les journaux la dépêche AFP disant que le Sénat a adopté le projet de loi dit « loi Jacob » visant à interdire  l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes en France par fracturation hydraulique et abroger les permis déjà accordés, à la légère a dit Mr Fillon ?


Oui, c’est vrai, le Sénat a adopté la loi...Mais après l’avoir totalement modifiée et détournée de l'objectif annoncé par Mr Fillon.


Le Sénat a adopté les amendements en faveur des pétroliers, autorisant la fracturation hydraulique au titre de la recherche, et autorisant toute autre technique de fracturation pour l’exploration et l’exploitation.


Le Sénat a rejeté tous les amendements demandant la consultation préalable des citoyens ainsi que des études d’impacts.


Le Sénat a validé le fait que les permis n’étaient abrogés que si l’industriel déclarait qu’il utiliserait la fracturation hydraulique.....non expérimentale.

 

 

 

 


>

On nous assurait que, comme il n’existe aucune autre méthode, interdire la fracturation hydraulique revenait à interdire l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste en France. L

a veille du vote, un industriel américain présentait aux sénateurs des techniques alternatives de forage « propres », telle que l'injection de propane.


Par cette loi, les Sénateurs UMP et Centre acceptent que nos territoires soient les terrains de jeu des pétroliers ! Ils vont pouvoir tester leurs méthodes sur nos eaux, nos terres, nos vies !


Les permis supposés accordés à la légère l’ont été par Mr Borloo, lequel va prendre pour directeur de campagne présidentielle l’avocat de la société Torréador, celle qui détient les permis de recherche du Bassin Parisien (demi-frère de Balkani, parrain du fils de M Sarkozy). Alors ? A la légère ou bien calculé ?

 

La Sénatrice PS de la Seine et Marne déclare, dans une interview accessible en ligne sur le site du sénat, avoir eu la puce à l’oreille quand elle a vu, dès novembre 2010, ressortir une niche fiscale en faveur des pétroliers. Alors ? A la légère ou bien calculé ?

 

Le Sénateur Biwer, dépositaire de l’amendement autorisant la fracturation hydraulique expérimentale, condamné à plusieurs reprises ces dix dernières années pour des malversations, détournement de fonds publics, et récemment prise illégale d’intérêts, s’est vanté d’avoir aidé Total à rentrer en Russie. Alors ? A la légère ou bien calculé ?

 

Nous ne devons pas baisser les bras devant ces pratiques et poursuivre notre mobilisation car dans notre région, les permis de recherche sont au stade de la mise en concurrence pour le permis dit « permis de Cahors », (5400 km2, Ste 3LEGS OIL & GAS, Siège social dans un paradis fiscal) et au premier stade de la demande pour le deuxième permis dit « permis de Beaumont de Lomagne » (10400 km2, Ste BNK Petroleum, Siège social en Hollande et filiale financière dans un paradis fiscal).

 

Le Gouvernement a répété qu'il ne pouvait pas abroger les permis signés sans risquer d'importantes compensations financières, ce n'est pas le cas des 2 demandes de permis évoquées ci-dessus. Si véritablement cette loi a pour objectif d'interdire l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste en France, alors le gouvernement n'a plus aucune raison de les accorder et doit REJETER les deux demandes de permis en cours.

 

Votre implication dans toutes nos manifestations permettent au gouvernement de savoir que la résistance est effective dans notre région.

Nous pouvons faire reculer le gouvernement sur les permis, pour cela NOUS DEVONS ETRE NOMBREUX !

 

 

COMITE DE VIGILANCE DU PERIGORD

Retour à l'accueil