Dans un rapport publié lundi, l’Institut américain de géophysique a identifié 21 endroits ayant connu ces dernières années un accroissement des secousses sismiques provoquées par cette méthode.

Environ sept millions de personnes vivent dans ces régions du centre et de l’est des Etats-Unis où la fracturation hydraulique peut causer des secousses telluriques risquant d’endommager les constructions, selon un rapport de l’Institut américain de géophysique (USGS – United States Geological Survey) publié lundi 28 mars. L’Oklahoma, le Kansas, le Texas, le Colorado, le Nouveau-Mexique et l’Arkansas sont, dans l’ordre, les plus exposés. L’Oklahoma et le Texas abritent la population la plus importante exposée à ce risque.

7 millions d’Américains menacés de séismes liés à la fracturation hydraulique
Retour à l'accueil